EN SAVOIR PLUS SUR LE OBI


Pasted Graphic

"Yuriko reposa les jumelles d'ivoire. Pour une demoiselle qui portait bien haut le nœud de sa ceinture dans le dos au point de cacher le joli motif bigarré de son kimono, son langage n'était pas du tout convenable et sa sœur la rappela à l'ordre, en réprimant un fou rire, avec la dignité que lui conférait son état d'aînée".
Natsume Sôseki, "Clair-obscur".



Le obi est une ceinture qui se noue par-dessus le kimono afin de le maintenir en place. Ces deux éléments du costume traditionnel japonais sont indissociables. Si le kosode (kimono) devint le vêtement principal porté par tous à partir du milieu de la période de Muromachi (1333-1573), l’histoire du obi ne commença véritablement qu’au début de l’époque d’Edo (1603-1867).
Dans l’antiquité et jusqu’à l’époque de Heian (794-1185), les tuniques étaient maintenues fermées par une simple cordelette ou une ceinture courte et étroite en tissu (parfois en cuir pour les nobles) nouée à l’avant. Ces ceintures plates de quelques centimètres de large (taira guke) étaient souvent confectionnées avec les restes de tissu des vêtements et ne présentaient qu’un aspect fonctionnel.
Au cours de l’époque de Heian (794-1185) et de Muromachi (1333-1573), les obi gagnèrent légèrement en taille et devinrent un accessoire ornemental de la tenue féminine.
En effet, entre le milieu du 16e et jusqu’au début du 17e siècle, un nouveau genre de ceinture fit son apparition : le nagoya obi (名護屋帯), une cordelette ronde, composée de fils de couleurs tressés, qui se nouait dans le dos ou sur le côté, laissant pendre les deux extrémités garnies d’une houppe. Jusque-là, la manière de porter et de nouer les obi n’étant pas codifiée, il était possible de les fermer à l’avant, sur le côté ou à l’arrière. Ce n’est que vers la fin du 17e siècle que le port du nœud à l’arrière fut promulgué officiellement. Celui-ci ressemblait à un demi flot avec les deux extrémités pendantes et le obi ne mesurait que 6 cm de large sur 2 m de long, ceci jusque dans les années 1660.
Pendant l’époque d’Edo, des lois appliquées aux quatre catégories sociales (guerriers, paysans, artisans et commerçants) régissaient rigoureusement les détails des coiffures, des tissus et des nœuds de obi. Il fut une époque où le obi noué sur le devant était réservé à des catégories sociales bien particulières: les moines et les exclus de la société (courtisanes, condamnés, veuves...).
Dès l’ère Kanei (1624-1643), seules les courtisanes commencèrent à porter des obi plus larges (plus de 15 cm). Cette mode se répandit largement au sein de la population féminine quelques années plus tard (1661-1680).

De sévères mesures gouvernementales interdirent le théâtre kabuki féminin (1629), puis, plus tard celui des mignons (wakashu kabuki). Des acteurs masculins plus âgés se mirent alors à interpréter les rôles féminins (yarô kabuki, 1652) et l’on usa d’artifices variés afin de dissimuler une corpulence plus imposante et d’accentuer une féminité artificielle en donnant de l’ampleur aux kimonos et aux obi. Ainsi, les modifications des dimensions du obi sont-elles dues en grande partie à ce nouveau genre de théâtre.
Le très populaire acteur de kabuki, Kamimura Kichiya, inaugura sur scène un style original de obi, beaucoup plus large, plus long et noué à l’arrière imitant avec exagération le style d’une jeune fille qu’il avait aperçue dans un parc. Ce type de nœud dont les extrémités pendaient lourdement et auquel il donna son nom fit fureur (kichiya musubi).
La promulgation de lois somptuaires frappa également le monde du kabuki (interdiction d’utiliser brocarts et autres matériaux luxueux), ce qui n’empêcha pas les acteurs d’user de procédés ingénieux pour être vus et reconnus de loin. Ces modes réservées à l’origine à la scène eurent un retentissement considérable auprès de la population citadine et les grands acteurs dictaient véritablement les tendances de l’époque.

L’évolution du obi se poursuivit également en parallèle avec les progrès réalisés par les tisserands de Nishijin (nom d’un quartier de Kyôto) pour aboutir, au cours de l’ère Genroku (1688-1704), à une largeur d’environ 30 cm et une longueur de 2,50 à plus de 3,60 m. La grande variété des tissus et les nombreuses manières de le nouer sont caractéristiques de cette époque. Finalement, le nœud à l’arrière allait s’imposer à toutes les femmes sans distinction d’âge. Sa dimension fut alors décidée officiellement : 360 cm de long sur 30 cm de large.
À partir de la fin du 19e siècle, la mode occidentale allait s’imposer et changer radicalement les habitudes japonaises.



"Comme elle venait seulement de se marier, toute son attitude était encore celle d'une jeune fille. Ses manières suggéraient la vie confortable da sa famille et ne convenaient guère à la femme du pauvre Sankichi. Le rouge vif de la petite cordelière tendue sur son obi n'était pas la couleur qui convenait à quelqu'un qui transportait des pierres dans un champ. Sankichi espérait lui faire changer ses habitudes. Comme s'il éduquait sa jeune épouse, il lui fit diminuer le bourrage intérieur de son obi dans le dos, choisir des couleurs beaucoup moins voyantes, ranger tous les ornements dont elle se servait.....".
Shimasaki Tôson, "Une famille".


Pour maintenir fermement en place une ceinture de plus en plus lourde et longue, de nouveaux accessoires firent leur apparition:
• le obijime (cordelette dont l’usage se répandit dans les années 1860 et qui se noue par-dessus le obi)
• le obiage (petite ceinture de tissu nouée sous le obi et qui dépasse légèrement sur le haut, ajoutant une touche colorée à l’ensemble)
• le obidome (sorte de petite broche décorative aux formes innombrables qui se glisse sur le obijime et se place au centre du obi).

Les différents types de obi varient en fonction de la dimension, des matériaux, des motifs, des couleurs et des techniques de tissage utilisées. Les motifs se répartissent différemment sur la surface de la ceinture: ils peuvent occuper la surface en totalité (zentsû obi) ou partiellement (60%) (rokutsû obi).
Une classification permet de les distinguer en fonction de leurs dimensions et du type de kimono avec lesquels ils sont associés.



MITATE Textiles (kimonos, haori, yukata, obi...) et brocante du Japon