Stacks Image 348

祭り [matsuri]

Les matsuri sont des cérémonies religieuses qui consistent à honorer une divinité shintô….Si leur fonction religieuse a perdu de sa vigueur, ils n'en continuent pas moins de jouer un rôle essentiel: intégrer l'individu au groupe et renforcer le sentiment de solidarité communautaire, essentiel pour une ancienne société rizicole où l'entraide était indispensable. C'est encore aujourd'hui la fonction principale des innombrables fêtes de quartier en milieu urbain.
J.P Berthon

Du 18 au 20 mai 2018: Sanja matsuri (Asakusa, Tokyo)
Stacks Image 339

猿楽 [sarugaku]

Exposition exceptionnelle "Masques de sarugaku" au musée Miho (jusqu'au 3 juin 2018).

Le sarugaku vit le jour en Chine. C'était un spectacle composite qui comprenait des tours de prestidigitation, de l'acrobatie, des pantomimes et des danses comiques. Il se répandit à l'époque de Heian et se transforma au cours du 13e s. en perdant sa bouffonnerie pour unir chants et danses. Au 14e s., un maître de sarugaku Kan.ami Kiyotsugu opère la synthèse de deux genres en vogue, dengaku et sarugaku et fonde une forme de théâtrale originale à l'origine du no.

Masques et portraits, François Berthier
Stacks Image 322
Stacks Image 330

兜 [kabuto]

Les batailles modernes sont dirigées de l'arrière par les stratèges et leur complexité rend nécessaire pour ces derniers d'être repérés de loin par leurs troupes au premier coup d'oeil…on se met à les identitfier grâce à leur casque. Le kawari kabuto ou casque spectaculaire est né. Il est ainsi créé pour les grands généraux de l'époque (16e s.). Bien qu'utilisés sur les champs de bataille, ils ne sont pas à proprement parler des casques de combat, mais plutôt de reconnaissance…et servent de point de ralliement.
Kawari kabuto, M-C Cortier.



Le 5 mai, à l'occasion de la fête des garçons, ceux-ci se voient offrir (souvent par leurs grands-parents) une réplique miniature de casque de guerrier qui sera placée bien en vue dans l'entrée de la maison avec quelques offrandes.
Stacks Image 303

高畑勲 [isao takahashi]

Stacks Image 294

鯉のぼり [koi nobori]

Tango no sekku est une fête célébrée en debut le 5 du 5e mois, appelée aussi fête des garçons qui s'oppose à la fête des petites filles (le 3/3). Devant les maisons où il y a des petits garçons, on dresse un mât où flottent des étendards en forme de carpe. Dans les maisons, on fait des offrandes à des poupées-guerriers (notamment des kashiwa-mochi, gâteaux de ris enveloppés d'une feuille de chêne.
Expo "Koi nobori now !", textiles et carpes de Reiko Sudo au musée Kokuritsu shinbijutsukan à Nogizaka,Tokyo.
Stacks Image 275

梅雨 [tsuyu]

La saison des pluies a commencé officiellement aujourd'hui 19 juin 2017 dans les îles d'Okinawa et progressera vers le nord de l'archipel pour atteindre Tôkyô autour du 22 juin. Seule l'île de Hokkaidô sera épargnée.
Les chaînes TV informent leur public dans les détails tout comme lors de la floraison des cerisiers ou du rougissement des feuilles d'érables en automne.
La tsuyu marque aussi le début de la floraison des hortensias (ajisai). En profiter pour visiter les jolis jardins fleuris des temples, au hasard, celui du Hasedera à Kamakura !
Stacks Image 264

侘茶 [wabicha]

Actuellement et jusqu'au 4 juin 2017, au musée de Ueno à Tôkyô, se tient une magistrale expo sur les arts de la cérémonie du thé "Chanoyu". L'engouement pour cette pratique chinoise fut introduite au 12e s. par des moines bouddhistes et s'étendit tout d'abord auprès des guerriers de haut rang et de l'aristocratie qui commencèrent à collectionner les ustensiles chinois karamono hors de prix. Au 16e s., Sen no Rikyû perfectionna un style plus sobre (wabicha), considéré comme une forme d'esthétisme visant à un retour à la simplicité avec la capacité de s'émouvoir devant l'imperfection et la modestie des choses.
Stacks Image 251

法被 [happi]

Au cours des matsuri où sont célébrées les divinités shintô d'un sanctuaire, les participants et membres de la communauté portent le mikoshi (palanquin sacré) à travers les rues du quartier. Ce passage a pour but de purifier les lieux, d'évacuer les impuretés et de régénérer les forces vitales. La plupart des participants portent pour l'occasion un happi, une veste en coton colorée sur laquelle est imprimée dans le dos le blason représentatif du quartier auxquels ils appartiennent. Ce sont les guerriers (bushi) qui ont commencé à porter des vêtements ornés de grands blasons, puis la mode s'est répandue auprès des artisans et des pompiers de quartier.
Stacks Image 242

祭り [matsuri]

Du 13 au 15 mai a lieu dans le quartier de Kanda à Tôkyô, un des trois plus grands matsuri du Japon. Il date de 1600 et témoigne de la victoire de Tokugawa Ieyasu à Sekigahara. Ces fêtes saisonnières des villes se distinguent des célébrations du cycle agraire en ce qu'elles revêtent un faste inconnu dans les rites de villages. Ce sont des processions de centaines de personnes, des danses, des chars décorés et des mikoshi (sanctuaires portatifs qui hébergent les divinités et qui sont portés et présentés à l'extérieur).
Stacks Image 223

八十八夜 [hachijûhachiya]

Selon le calendrier lunaire, le printemps arrive le 88e jour après risshun, c'est à dire le 2 mai. En théorie, les gelées ne présentent plus de danger et l'on peut procéder aux premières récoltes de thés d'exception, appelés aussi thés du 88e jour. Ces thés primeurs aux saveurs intenses sont très attendus et sont l'objet de festivités dans les régions théicoles traditionnelles (Sayama à Saitama, Uji et Shizuoka).
Stacks Image 206

鯉のぼり [koi nobori]

"Le mythe sans doute le plus répandu tant en Chine qu'au Japon est celui de la carpe qui remonte le courant et qui parvient au prix d'un effort inouï, à se transformer en dragon. Il s'agit là d'une métaphore illustrant les longues et pénibles études des candidats à la fonction de lettrés, qui, lorsqu'ils parviennent à surmonter les difficiles épreuves des examens impériaux, entrent en fonction au service du dragon personnifié, l'empereur lui-même".
Fondation Baur, extraits.

5 mai: fête des enfants et des garçons.
Stacks Image 193

東福寺 [Tôfuku-ji]




Pluie d'averse
Sans un bruit sur la mousse
Me reviennent les choses du passé

Yosa Buson

Stacks Image 182

ランドセル [randoseru]

En avril, c'est la rentrée des classes. Les petits Japonais qui entrent à l'école primaire portent tous fièrement un gros cartable sur le dos, le fameux randoseru (déformation du mot ransel, nom du paquetage importé des Pays-Bas à l'époque d'Edo et porté par les soldats). La tradition veut que les grands-parents offrent ce premier cartable (prix moyen: 500 euros ! ). Il s'agit là d'un véritable symbole qui marque le début de la scolarité et qui fait le bonheur des magasins spécialisés !
Stacks Image 167

快慶 (~1226) [Kaikei]

Sculpteur renommé de la période de Kamakura, Kaikei fut à l'origine d'un nouveau style (annami), basé sur le réalisme en vigueur de l'école Kei auquel il ajouta sa touche personnelle faite de délicatesse et de grâce. Durant les siècles qui ont suivi sa mort, son style fut copié et recopié à un point tel qu'il en perdit toute la beauté et le rayonnement des origines.
Exposition au musée national de Nara du 8/4 au 4/6/2017.
Stacks Image 146

燕子花図 [Kaki tsubata zu]

La floraison de cette variété d'iris d'eau a lieu en avril-mai. Le musée Nezu (Tôkyô) abrite l'oeuvre magistrale d'Ogata Kôrin peinte sur deux paravents (1702). La composition simple, répétitive et rythmique préfigure un style moderne et graphique. Les couleurs: bleu, vert et or. Une visite dans le sublime jardin s'impose ensuite pour y admirer les iris en fleurs mais en vrai, cette fois !
Stacks Image 123

花祭り [Hana matsuri]

"Le ciel, la terre et moi formons un seul et même être" aurait dit le Bouddha au moment de sa naissance, un 8 avril il y a 2500 ans. Ces statuettes "tanjô-butsu" (naissance de Bouddha) sont représentées bras droit levé pointant le ciel du doigt et bras gauche baissé vers la terre, paume de face. Lors de cette fête des fleurs (hana-matsuri), elles baignent dans un bassin rempli de thé sucré que les fidèles puisent à l'aide d'une louche en bambou pour en arroser la statuette.
Stacks Image 102

永日小品 [Eijitsu shôhin]

Natsume Sôseki publia en 1909, "Petits contes de printemps".
"…Et nous nous sommes retrouvés tous les deux, perdus au milieu d'une vaste rizière, comme abandonnés. Le regard ne distingue rien autre que la pluie. Mon oncle soulève légèrement le bord de son chapeau et lève la tête vers le ciel. Le ciel est austère, fermé comme le couvercle d'une jarre de thé. De cette surface hermétiquement close tombe la pluie, interminablement".
Il dira plus tard à propos de cette publication: "Je vais aborder des sujets si ténus que je dois bien être le seul à m'y intéresser".
Stacks Image 91

弥生草間 [Yayoi Kusama]





Expo magistrale de Yayoi Kusama, "My eternal Soul".
Expo du 22/2 au 22/5 2017 au National Art Center à Tôkyô (Mº Nogizaka).
Stacks Image 80

七草 [nana kusa]

Les 7 herbes du printemps se consomment mélangées à une soupe de riz nanakusa-gayu (七草粥), juste après les festivités du Nouvel an, le 7 janvier.
Ces herbes sauvages fraichement ramassées et coupées (céleri chinois, bourse à pasteur, gogyô, morgeline, hotokenoza, navet et radis blanc) sont supposées apporter force et santé.
Une façon de commencer l'année sainement…
Stacks Image 67

お彼岸 [o-higan]

Cette fête qui trouve son origine dans le bouddhisme correspond aux équinoxes de printemps et d'automne. A cette occasion, les Japonais se rendent sur la tombe de leurs ancêtres (お墓参り o-hakamairi) pour y prier et y déposer fleurs et encens.
Le o-hagi, un petit gâteau traditionnel à base de pâte de riz et de haricots rouges est consommé pendant ces quelques jours.
Stacks Image 54

物の哀れ [mono no aware]

Ce concept esthétique qui traduit "l'émouvante intimité des choses" exprime une sorte de "poignance" et de tendresse envers elles, liées au sentiment de leur impermanence. Dans l'aware, il n'y a pas à proprement parler de douleur mais de la tristesse et de la beauté.
Cette beauté qui provoque de la tristesse est étroitement liée à la fugacité de ce qui nous entoure, aux saisons et par là même à la brièveté de la floraison.
Stacks Image 37

春画 [shunga]

Les images de printemps shunga ont connu leur âge d'or au cours des années d'Edo (1603-1868). D'origine chinoise, elles auraient été utilisées dans un but médical.
Un rôle protecteur contre les mauvais esprits et les catastrophes leur a également été attribué. Ainsi, les guerriers les cachaient-ils sous leur armure et les marchands les plaçaient-ils dans leurs entrepôts afin de protéger leurs biens contre les incendies notamment.
Stacks Image 26

たんぽぽ [tanpopo]

La fleur de pissenlit (tanpopo) est un motif printanier très populaire au Japon. C'est aussi le titre d'un film de Itami Jûzô, sorti en 1985, et où il est beaucoup question de nouilles…
Sa mort en 1997 à Tôkyô est encore controversée (suicide ? assassinat commandité par la pègre ?).
Stacks Image 11

早春 [sôshun]

"Printemps précoce", film de Yasujirô Ozu, sorti en 1956.

"Les films d'Ozu parlent du long déclin de la famille japonaise, et par là même du déclin d'une identité nationale".

Wim Wenders