Dernière publication: 21 juillet 2017
Stacks Image 79

葛きり [kuzukiri]

Ce dessert raffiné à base d'arrowroot (racine de kuzu) particulièrement apprécié au plus chaud de l'été a l'apparence de nouilles plates transparentes 😳… Il est assez fade et doit être arrosé d'une sauce sucrée à base de miel ou rehaussé de fruits. Raffraichissant en été, le kuzu a d'autres vertus thérapeutiques et il fait partie de la panoplie des remèdes populaires (contre le rhume, troubles digestifs…) que tous les Japonais connaissent !
Stacks Image 70

蓮 [hasu]

Jardin du temple Renge-ji (1630) à Yanaka, reconnaissable à son portail laqué rouge. Ici, les saisons se déclinent au rythme de la flore: pruniers, pivoines, lotus…
"S'apprêtant à couper
un lotus blanc
le moine hésite."
Buson (1716-1783)

白蓮を
切らんとぞおもふ
僧のさま
Stacks Image 61

西瓜 [suika]

La pastèque suika, fruit incontournable de l'été japonais. Délicieusement rafraîchissante, délicatement sucrée juste comme il faut (amami ga arimasu !), suika fait partie de ces nombreux mots clés qui évoquent immédiatement l'été pour tous les Japonais: hanabi (feux d'artifices), furin (clochette), yukata, higasa (ombrelle), bon-odori (danses saisonnières)…
Stacks Image 43

浴衣 [yukata]

Les matsuri de l'été sont l'occasion idéale pour porter un yukata. Couleurs toniques et motifs saisonniers librement inspirés de thèmes immuables ou tout à fait originaux et déjantés.
Hier à Iriya (Tokyo), asagao-ichi, marché annuel du volubilis, de l'ipomée et autres belles de jour avec yukata pour tous les goûts !
Stacks Image 52

七夕 [tanabata]

Difficile de faire l'impasse sur cette fête majeure de l'été ! Fête des étoiles associée à une légende ancestrale, d'origine chinoise et introduite au Japon dès l'époque de Heian: au cours de la nuit du 7 juillet, les deux étoiles de la tisserande (Véga) et du bouvier (Altaïr) peuvent se rencontrer sur les eaux de la rivière du ciel (Voie lactée) sur un pont formé par l'aile d'une pie. Contrariées dans leur passion commune, les deux étoiles obtinrent de l'empereur du ciel, la permission de se rencontrer une fois par an, en cette nuit d'été. L'occasion de rédiger des poèmes (des souhaits actuellement) sur des bandes de papiers colorés et de les accrocher à des mâts de bambous.
Stacks Image 34

水無月 [minazuki]

Minazuki désigne le mois de juin selon l'ancien calendrier lunaire. À l'époque d'Edo et selon une coutume de Heian, le 1er jour de juin, les grands seigneurs donnaient à leurs vassaux des gâteaux de riz conservés par congélation (fête saisonnière des glacières). Il s'agissait de consommer des objets durs pour se renforcer les dents et le corps afin de rester en bonne santé.
À Kyôto de nos jours, le 30 juin, au cours des rites de purification qui se tiennent dans les sanctuaires afin de continuer à rester en bonne santé les 6 derniers mois de l'année, la consommation de wagashi triangulaire (minazuki) est de rigueur. La pâte de riz blanche évoquerait la glace d'autrefois et les azuki (haricots rouges) seraient censés éloigner les démons.
Stacks Image 23

うちわ [uchiwa]

Accessoire indispensable de l'été: l'éventail (ôgi). Plat (uchiwa) ou pliant (sensu), au choix. Le nom change avec la forme.
A l'origine, en Chine et au Japon, usage réservé aux dignitaires et objet de culte et de pouvoir. Au Moyen-Âge, l'éventail pliant est plutôt réservé aux nobles de la cour et aux aristocrates, l'éventail plat, aux moines et aux lettrés.

Portrait, Kuroda Seiki (1866-1924).
Stacks Image 8

夏至 [geshi]

Aujourd'hui 21 juin, solstice d'été, jour le plus long de l'année (geshi) et début de la saison des pluies (tsuyu). Pour décrire la pluie, une foultitude d'expressions: des gouttes commencent à tomber (potsu-potsu) et annoncent l'averse. Soit une pluie fine s'installe (shito-shito), soit il commence à pleuvoir plus fort (para-para) et si en français il pleut des cordes ou à seaux, en japonais ce sera zaa-zaa pour désigner une forte averse qui risquera de nous tremper et de nous laisser bisho-bisho.