Stacks Image 6
ENTRETIEN
Une seule solution: le pressing !
Surtout pas de lavage en machine ni même à la main: le traitement est le même pour les kimonos anciens ou contemporains.
L'eau et les lessives (même douces) risquent de décolorer et/ou de déformer le vêtement: rétrécissement de la soie selon le tissage du tissu, formation de bourrelets au niveau du col surtout, qui renferme plusieurs épaisseurs de tissu replié, difficulté pour le séchage (un kimono mouillé est très lourd) sans parler du repassage !
En cas de taches sur un vêtement ancien noir ou coloré, évitez absolument de frotter avec un tissu humide.
Les yukata et certains kimonos d'été en polyester supportent le lavage en machine (à condition de les plier et de les placer dans une pochette destinée à cet usage).
Stacks Image 122
Stacks Image 116
ENCENS ET NAPHTALINE
Vous venez de recevoir votre vêtement (kimono, haori) en direct du Japon et il se peut que vous soyez surpris(e) par une légère odeur proche de notre naphtaline ou par un parfum d'encens japonais. Tout est normal… En effet, la plupart des Japonais portent peu leurs vêtements traditionnels et les rangent soigneusement pliés dans des pochettes en papier qu'ils placent ensuite dans des commodes (tansu). Pour éviter tout désagrément, ils ont recours à tout une gamme de produits et/ou de petits sachets dessicants et parfumés. De plus, les femmes surtout placent de petits sachets d'encens dans les manches. Ce sillage parfumé laissé par une Japonaise en kimono est toujours très apprécié. Cette habitude qui remonte de l'époque de Nara est devenue un geste banal.

Si ces odeurs vous incommodent, plusieurs solutions:
1️⃣Aérer le vêtement avant de le porter pendant plusieurs heures. 2️⃣Enfermer le vêtement dans une pochette en plastique zippée hermétiquement avec une dose de bicarbonate de soude placée dans une coupelle par exemple, pendant 12 ou 24h.
3️⃣Confier le vêtement au pressing pour un nettoyage à sec.

❗️Nous ne pouvons en aucun cas considérer cette particularité comme un motif de renvoi ou de remboursement des articles. Merci de votre compréhension.

Tous les détails ici
Kitsuke, art et traditions du kimono
Stacks Image 17
ORIGINE
Les vêtements anciens vendus sur Mitate proviennent le plus souvent de ventes aux enchères (réservées aux professionnels) ou ont été achetés auprès de marchands spécialisés. Il est donc difficile de savoir avec précision qui était l'ancien propriétaire.
Toutefois, en regardant les motifs du tissu ou le type de tissage, il est parfois possible deviner l'âge de la personne à qui il était destiné ou l'occasion pour laquelle le kimono a été acquis. Ils peuvent aussi nous informer sur la région d'origine du vêtement.
La couleur, le motif ou le style d'un kimono nous renseignent également sur la profession ou les goûts de la personne: arts traditionnels, danse, geisha, hôtesses ou serveuses …
Stacks Image 26
KIMONOS NOIRS
Les kimonos noirs à armoiries sont des vêtements officiels portés seulement à l'occasion d'événements exceptionnels: les femmes le portent pour assister aux funérailles d'un membre très proche de leur famille (époux, enfant). Dans ce cas, obi et geta sont noirs aussi. Cette habitude ne date que de la fin du 19e s.
Le kimono noir est également réservé à des cérémonies en rapport avec les arts traditionnels comme la transmission du nom du maître à l'élève par exemple.
Le kimono
kurotome-sode est noir également mais seule la partie inférieure proche de l'ourlet est abondamment ornée de motifs traditionnels sur toute la largeur.
Pour les hommes, un ensemble kimono + haori noir + hakama rayé représente la tenue la plus officielle et formelle de la garde-robe masculine.
Stacks Image 35
COL DE KIMONO
Les cols de kimonos qui sont déjà repliés vers l'intérieur et cousus correspondent aux kimonos de tous les jours, que l'on peut revêtir facilement et rapidement.
Les cols larges laissés "ouverts" permettent de les replier en choisissant soi-même la largeur et sont réservés aux kimonos plus habillés. La présence de pressions cousues sur les bords du col assurent un pliage et une mise en place impeccables.
Stacks Image 44
RANGEMENT
Après avoir porté un kimono ou un haori toute une journée, l'idéal est de l'aérer quelques heures (pas en plein soleil à cause des teintures parfois anciennes qui risqueraient de s'atténuer) et de le replier soigneusement dans une pochette en papier que l'on rangera à plat dans un tiroir de commode. Eviter de le laisser accroché trop longtemps sur un cintre ordinaire, ce qui pourrait déformer le col et les manches; optez plutôt pour un grand cintre à kimono ou alors plus simple, une barre (bambou ou bois ordinaire lisse) que vous pourrez suspendre par le milieu.
Stacks Image 53
COL DE HAORI
Pour des raisons techniques et esthétiques, il vaut mieux porter le haori en repliant le col à moitié vers l’extérieur (au niveau de la nuque). Le pli se fera naturellement sur toute la longueur du col à l’avant.
Une fois le col du haori replié, on voit alors le col du kimono (photos ci-contre).
Une exception toutefois pour les haori sans manches ou ceux de facture assez simples dont la cordelette n’est pas en soie mais dans le même tissu que le vêtement et cousus différemment (comme ceux que l’on porte dans les « onsen »), qui peuvent être portés tels quels sans replier le col.
Stacks Image 62
TAILLE L, L+, LL, XL
Tous les kimonos et haori que nous vous proposons ont été faits sur mesure. Notre taille de référence (L) correspond à une stature d'environ 1,75-1,78m pour 70-78 kg.
La mention L+ signifie que le vêtement peut être porté par une personne L ou un peu plus forte au niveau de la taille et de la carrure. Même si les mesures qui accompagnent la description du kimono sont très proches voire identiques, il importe de considérer la souplesse, la douceur ou le tombé de la soie qui peuvent apporter une aisance et un confort supplémentaires. Ce sont ces détails de confort que nous avons voulu signaler par la mention L+.
La mention LL peut apporter un plus grand confort au niveau de l'ampleur ou de la longueur et dans ce cas, nous l'indiquons.
Les tailles XL ou XXL restent exceptionnelles.
Stacks Image 71
Le yukata est un vêtement d’été en coton (en lin parfois) le plus souvent, non doublé, que l’on commence à porter dès le mois de juin et jusqu’à la fin de l’été. Cette période correspond souvent à la fin de la période des grands feux d’artifice du mois d’août. Mais parfois, la période chaude se prolonge...
Il importe également de distinguer des
yukata de ville, ceux portés dans les  onsen  (spa) et les  nemaki  portés pour dormir. La confection est légèrement différente sans parler de la qualité des tissus utilisés.
Même si autrefois les kimonos en coton ont eu leur grande époque, de nos jours ils sont le plus souvent en soie, en lin, en laine, en matière synthétique...Ils peuvent être doublés ou non selon la saison.
KIMONO ET YUKATA
Les motifs et les coloris des yukata modernes étonnent parfois par leur originalité et leurs coloris vifs qui contrastent agréablement avec les yukata bleu-blanc plus traditionnels.
Bien choisir son
yukata, c'est opter pour un tissu de qualité dont la teinture a été réalisée au Japon. Dans ce cas, l'envers est aussi soigné que l'endroit ! Mais cela a un prix… Les tissus imprimés gardent leur éclat moins longtemps.
Le port d'un
juban sous le yukata ou de tabi dépendra des préférences de chacun mais aucun n'est indispensable.
Pour fermer votre
yukata, un obi étroit coloré et fantaisie sera parfait. Obijime, obiage, breloques et accessoires variés portés de manière originale apporteront une touche festive.
Stacks Image 83