"A quelques mètres de distance, il reconnut le kimono de crêpe blanc et la ceinture brodée de bambous verts, et n'y comprenant rien, il traversa la route, prit le trottoir le long du fossé et suivit la femme". Nagai Kafû, "Voitures de nuit".

Pour la plupart des Japonais contemporains, le kimono est un habit de cérémonie porté tout au plus une ou deux fois par an (Nouvel An, mariage...) et les jeunes générations l’ont considéré pendant des décades comme une relique appartenant à un Japon ancien sans aucun lien avec leur vie de tous les jours. Cependant au cours de ces dernières années, le kimono a connu un regain d’intérêt essentiellement auprès des jeunes femmes.
Les Japonais continuent à l’admirer mais les raisons invoquées pour ne plus le porter ne manquent pas: vêtement peu adapté à une vie moderne, difficultés à reconnaître la véritable valeur d’un kimono ou à le choisir en fonction de l’occasion, prix élevé, habileté requise pour s’habiller seules (l’aide de professionnels étant réservée aux grandes occasions seulement), manque de place pour les ranger correctement...

Le style du kimono a évolué à travers les siècles et sa forme actuelle n'est apparue qu'au cours de la seconde moitié du 16e siècle. Il s'agit d'une longue robe, ouverte sur le devant et qui enveloppe le corps. Les deux pans se croisent en rabattant impérativement le pan gauche sur le droit. Il est maintenu en place par une ceinture (obi), nouée autour de la taille pour les femmes et un peu plus bas pour les hommes.
La forme et la longueur des manches, les motifs et les couleurs du tissu, la grande variété des tissus, la largeur et le style de la ceinture sont autant de facteurs choisis en fonction de l'âge, du sexe et du statut de la personne qui le porte mais aussi de la saison et de l'événement.
De plus, il ne s’agit pas de revêtir correctement un kimono pour paraître élégante, encore convient-il d’adopter les postures et les mouvements qui en accentueront toute la beauté : éviter les mouvements amples et brusques susceptibles de dévoiler bras et jambes, contrôler les mouvements des manches, marcher gracieusement en évitant les grands pas...

Tous les kimonos ont la même forme et sont
taillés dans une seule pièce de tissu d’environ 12 m de long sur 36 cm de large. Les kimonos féminins présentent une multitude de variations en fonction du tissu (soie, lin, coton, laine, rayonne...) et du motif (tissage, imprimé, broderie, pochoir...).
Le kimono est toujours plus long que la hauteur de la femme qui le porte. La longueur est ajustée par un pli au niveau de la taille qui sera ensuite caché par la ceinture (obi).

Le terme «kimono» fut utilisé seulement à partir du 19e siècle pour désigner le vêtement japonais traditionnel.
Jusque-là, on distinguait le
kosode (caractérisé par une ouverture des manches étroite) et le ôsode (vêtement à manches larges, réservé aux classes dirigeantes) pour désigner le kimono au sens où nous l'entendons actuellement.

Les références et commentaires des différentes périodes historiques mentionnés sur ce blog sont issus des cours de Mme Francine Hérail, donnés à l'INALCO.