Le shôgunat déjà affaibli par plusieurs crises au cours des années 1830-50 (révoltes sociales sans précédent, famines, pression étrangère) ne parvint pas à maintenir l'ordre et la situation se dégrada progressivement.
L’isolement du Japon n’était pas vu d’un bon œil par les nations occidentales, qui cherchaient à s’implanter commercialement en Extrême-Orient. Pour briser cet isolement, les États-Unis envoyèrent le commodore Perry et une petite flotte, les légendaires « vaisseaux noirs », qui menaçaient de tirer sur la capitale Edo si le Japon n’acceptait pas de signer un accord commercial. Ce dernier résista, mais ­comprit vite qu’il n’avait d’autre choix que de pactiser. En 1854, lorsque le Japon renonça à sa politique d'isolement, ce fut tout d'abord en raison de la supériorité de la technologie militaire occidentale et la résistance à l'Occident semblait être une cause perdue. La signature de traités d'amitié et de commerce (inégaux) avec d'autres pays plaça le pays dans une situation semi-coloniale. Il fut contraint à ouvrir les ports de Shimoda et de Hakodate au trafic étranger et à permettre aux marchands d’y établir leurs comptoirs. L’ouverture au commerce provoqua au cours des années suivantes une instabilité politique qui s’achèva par l’accession au trône impérial, le 3 février 1867, du jeune prince Mutsuhito, qui prit le nom de ­Meiji, le « gouvernement éclairé ». Ce dernier ­comprit que c’était l’essence même du Japon qui devait changer, ce qui signifiait un bouleversement de sa structure sociale et politique, et une similarité avec les nations occidentales. Le Japon ne devait plus être féodal, et il fallait instaurer un système parlementaire, avec toutes les conséquences que cela impliquait. C’est avec cet objectif qu’il choisit de prendre le pouvoir réel. Le 9 novembre 1867, le dernier shôgun Tokugawa se démit de ses fonctions, faisant ainsi de l’empereur le seul dirigeant du pays.
Avec l'avènement de l'ère de Meiji (1868-1912) et la restauration du pouvoir impérial, le Japon opéra de profondes réformes et s'occidentalisa. Les anciennes structures (notamment la hiérarchie shi-no-ko-shô) furent balayées et l'empereur abolit la féodalité. Coup fatal pour les samurai qui formaient jusqu'alors la première classe de la société et qui durent rendre leurs terres et leurs hommes à l'autorité impériale (1869) avec abolition du port du sabre.

Stacks Image 382
« Avoir vécu directement la période de transition du Japon moderne fait qu’un homme se sent prématurément vieilli ; car bien qu’il vive désormais à l’époque moderne où l’atmosphère bruisse de discussions au sujet de bicyclettes, de bacilles et de “sphères d’influence”, il peut cependant évoquer un Moyen Âge qui n’est pas si lointain. Le bon vieux samouraï qui initia celui qui écrit ces lignes aux mystères de la langue japonaise tressait ses cheveux et portait deux épées. Ce reliquat de féodalité repose aujourd’hui au paradis. »
Cette citation extraite de l’introduction que rédige Basil H. Chamberlain en 1907 pour son livre
Things Japanese résume bien l’ère Meiji : une période de bouleversements au cours de laquelle le Japon sort d’un mode de vie quasiment féodal pour devenir l’une des nations les plus évoluées du monde. Une transformation profonde et rapide, qui étonne et déconcerte encore de nos jours, mais qu’il faut bien appréhender pour mieux comprendre le Japon d’aujourd’hui.
Le Monde, Histoire et civilisations, José Espinoza
OCCIDENTALISATION POUR TOUS
Stacks Image 23
En 1868 et 1869 eut lieu la guerre de Boshin qui opposait d'une part les armées des clans de Satsuma (ci-dessus) et de Chôshû et leurs alliés (Tosa) et d'autre part les troupes shôgunales d'Edo assistées d'autres clans alliés (Aizu). Le conflit éclata peu après la restitution du pouvoir suprême à l'empereur et marqua une coupure définitive entre la période d'Edo et celle de Meiji. Le financement de cette guerre fut assuré par des emprunts auprès de riches marchands d'Osaka, Edo et Kyôto, ce qui endetta dès le début le nouveau gouvernement de Meiji.
Le film "Le dernier samurai" évoque cet épisode historique dans une version librement adaptée.
Stacks Image 15
Mélange des genres avec, assis au premier rang, de gauche à droite, un fils de marchand aisé et un médecin. Debout de gauche à droite, un étudiant en uniforme, un bretteur et homme de main, un politicien, un docteur en droit, un riche marchand et un haut-fonctionnaire en grande tenue.
Les modes occidentales étaient pratiquement inconnues au Japon avant la restauration de Meiji. Les lois somptuaires adoptées par les shôgun de la période d'Edo imposaient un code vestimentaire qui mettait en évidence le statut social d’une personne. Seuls les nobles et les membres de la classe militaire pouvaient s'offrir des soies richement décorées de broderies, des satins et des brocarts ouvragés.
Une fois les lois abolies par le gouvernement de la restauration, les Japonais étaient désormais libres de s’habiller comme ils le voulaient. Une fois que le couple impérial adopta la tenue occidentale, les fonctionnaires et l’élite éduquée commencèrent à porter des vêtements occidentaux en public. En 1871, l’Empereur rendit obligatoire le port de vêtements occidentaux durant les heures de travail et les activités officielles pour les hauts fonctionnaires. Peu après, les femmes soucieuses de suivre la mode commencèrent elles aussi à porter des robes occidentales en public, suivant l’exemple de l’Impératrice.
Stacks Image 19
Les changements radicaux auxquels ont dû faire face les Japonais de Meiji ont donné lieu à une période de flottement, de désarroi et de confusion que l'on peut observer sur les photos et estampes de l'époque. Le mélange des styles japonais et occidental où cohabitaient kimonos, haori (veste), hakama, chapeaux, parapluies et chaussures perdura pendant quelque temps. Une nouvelle culture prit peu à peu racine dans la vie des Japonais.
Stacks Image 154
Cette estampe représente la gare de Shiodome ouverte en 1872. Certains voyageurs sont en kimono et d'autres arborent des tenues occidentales à la dernière mode, hors de prix et inabordables pour les gens du commun qui continueront à porter leurs vêtements traditionnels. Locomotive et mode occidentale font partie des symboles de progrès de la civilisation.
Stacks Image 176
Au début de l'ère Meiji, les kimonos, toujours bien présents dans la vie quotidienne, perdirent peu à peu du terrain avec l’introduction des coutumes étrangères et un premier courant culturel qui dura une dizaine d'années, caractérisé par l'occidentalisation (bunmei kaika) principalement dans les villes comme Tôkyô (Edo).
Stacks Image 333
Les bouleversements et autres innombrables changements que provoqua l'impact de la culture occidentale furent immenses. Les modes, les coiffures et le maquillage des femmes notamment, se transformèrent pour toujours.
Les lèvres restaient rouges mais le fard blanc (blanc de céruse) utilisé jusqu'alors pour le visage et qui contenait du plomb devint un problème de santé publique (1888). Son usage et son commerce furent interdit par la loi, respectivement en 1900 et 1935. Sous l'influence des critères de beauté occidentaux, les fards blancs (non métalliques) furent délaissés peu à peu et remplacés par des fards couleur "chair", plus naturels et proches des fonds de teint. La teinture des dents en noir fut abolie par la loi.
Peu à peu, les trois couleurs de base du maquillage typique de la période d'Edo (visage blanc, lèvres rouge foncé, sourcils et dents noirs) disparurent faisant place progressivement à des eaux de toilettes, des lotions faciales et des crèmes de soins diverses, des savons et d'autres produits cosmétiques qui inondèrent le marché et se généralisèrent au cours de la période suivante de Taishô (1912-26), même si jusque là, les gens d'Edo utilisaient d'autres produits naturels (sachets de son de riz pour le corps, huile de camélia, d'aloès ou de sésame, eaux parfumées d'iris,
hechima, aiguilles de pin, sels, musc…).
Stacks Image 168
L'empereur, l'impératrice ainsi que les leaders politiques prirent l'initiative de porter des costumes européens et le principal problème à affronter pour le gouvernement d'alors était d'être reconnu par les puissances occidentales comme une nation civilisée et de réussir le plus tôt possible à abolir les traités inégaux imposés par elles. Les hommes qui occupaient des positions officielles furent donc les premiers à adopter les vêtements de style occidental et furent aussitôt suivis par les femmes de la famille impériale, de la noblesse et des grandes familles de daimyô (anciens seigneurs) qui, en raison de leur statut social, devaient apparaître régulièrement en public.
Lorsque la décision fut prise d'abandonner les robes traditionnelles de cour (
sokutai, ikan, hitatare, kariginu, kamishimo) pour les tairei-fuku, çes vêtements d'apparât portés principalement lors des cérémonies liées à la cour de l'ère Meiji, on prit pour référence le code vestimentaire français, instauré par Napoléon 1er.
On encouragea également le peuple à adopter les uniformes de style occidental. Militaires, policiers et autres fonctionnaires (poste) furent contraints par la loi de se mettre à cette nouvelle mode. Ceci déclencha un élan particulièrement fort vers les grands changements qui se produisirent dans l’habillement japonais.
Une des premières tâches du gouvernement fut de moderniser le service suranné de la poste. En 1872, un nouveau service est mis en place. Grâce au développement des transports ferroviaires qui se développèrent en même temps et qui donnèrent accès aux provinces éloignées, ce fut un succès immédiat.
Stacks Image 162
En 1883, le gouvernement fit bâtir un palais de style occidental Rokumeikan où furent organisé des bals et invités de grands personnages étrangers avec les épouses d'officiers ou les dames de la haute société japonaise parées de rones occidentales pour démontrer l'européanisation du Japon. Cette année marqua l'apogée d'un européanisme superficiel. Rokumeikan était une petite Europe réalisée au Japon avec tous les clichés de l'Occident que les Japonais concevaient à cette époque. À l'inverse, les critiques des étrangers et de nombreux Japonais face à cette "hybridation" ne manquaient pas.
Extrait de
Bal à Yeddo de Pierre Loti: "…ils portent des vêtements européens peu adaptés à leur morphologie, se coiffent de chapeaux ronds qui ont dû faire plusieurs campagnes et chaussent des lunettes bleutées pour dissimuler leurs pensées à l'étranger qu'au fond ils n'aiment pas; d'ailleurs le fonctionnaire n'est pas plus tôt rentré chez lui qu'il retire son déguisement moderne pour passer le costume traditionnel…".
Cette période s'acheva en 1889, année où la tendance idéologique se tourna vers le nationalisme.
Stacks Image 170
Les vêtements de style occidental pour femmes furent introduits dans les années 1880 dans le cadre de la politique d'occidentalisation. En 1886, une directive officieuse de la Maison impériale établit le code vestimentaire féminin de la cour, d'inspiration française, selon 4 rangs: grande robe de cérémonie, robe décolletée et mi-décolletée pour les dîners etc…, robe de cérémonie montante et longue pour les déjeuners à la cour avec personnes de plus haut rang, etc… En 1887, l'impératrice encouragea la production locale de ces robes avec l'utilisation de produits nationaux (ci-dessous).
Un article de l'
Asahi Shimbun de 1888 évoquait déjà l'engouement des Japonaises pour Paris et pour les tendances de la mode française. Les revues de mode commencèrent à être publiées vers la fin de Meiji.
Stacks Image 376
RÉSISTANCE DU KIMONO
Stacks Image 96
Les codes esthétiques et vestimentaires de la fin de la période d'Edo ne disparurent pas immédiatement. Tissages rayés nombreux et variés, petits motifs répétitifs en pointillés (edo komon) sur toute la surface ou représentations diverses sur la bordure de l'ourlet des kimonos étaient toujours en vogue.
Stacks Image 352
Arts traditionnels (cérémonie du thé et calligraphie) se pratiquent en kimono dans les appartements privés du palais impérial. Les représentations du shôgun et de son entourage étaient jusque là interdites.
Stacks Image 354
SOIE ET COTON
L'introduction de teintures artificielles et des nouvelles techniques de tissage venues d'Europe causèrent de grands bouleversements au sein de l'industrie textile. Il devint fréquent de voir des kimonos ornés de motifs traditionnels teints selon le procédé yûzen-some en partie à l'aide de ces nouvelles couleurs.
A la fin des années Meiji (début 20e), les motifs floraux d'inspiration occidentale (tulipe, orchidée, dahlia...) tels qu'ils apparaissaient sur les peintures à l'huile de l'époque, annonçaient progressivement une nouvelle ère. Toutefois, les kimonos aux motifs traditionnels restaient réservés aux sorties et événements officiels.
Stacks Image 137
Furisode de mariage avec répartition des motifs de la taille (koshi-daka) à l'ourlet. Nuances crépusculaires teintes selon un procédé en vogue à la fin du 17e (akebono-zome) associées à des couleurs typiques de l'époque. Le motif laisse planer le souvenir d'Edo avec des fleurs de cerisier, une évocation du Dit du Genji et un grand rideau de scène.
Stacks Image 213
Furisode avec un fond en komon, de type tsuma-moyô où les motifs de plantes automnales du bas, séparés par une zone floue, remontent à l'avant. Vers le milieu de la période de Meiji, les kimonos à motifs edo komon discrets et sobres, très en vogue au cours de la période précédente se parèrent également de motifs teints ou de broderies sur le bord inférieur et le bas des manches. Toutefois, la qualité de la soie chirimen se transforma pour devenir moins douce avec un grain plus grossier au toucher.
Stacks Image 606
Kimono pour enfant à fond bleu (teinture chimique) orné de magnifiques fleurs dans un style très moderne qui évoque les tableaux occidentaux.
Stacks Image 200
Furisode en soie orné de pivoines, fleurs de cerisier et papillons qui font partie des motifs les plus représentés. Les évocations réalistes dans le style de la peinture à l'huile sont typiques des kimonos de la fin Meiji.
Stacks Image 211
Soie chirimen gris souris avec répartition des motifs sur l'ourlet dans une évocation des "Huit vues d'Omi". Modèle caractéristique des kimonos de la classe marchande d'Edo et très en vogue au début Meiji.
Stacks Image 139
Furisode représentatif de la première moitié de Meiji avec un fond sombre et discret orné de petits motifs floraux sur la partie inférieure.
Stacks Image 224
Teinture chimique pour ce beau fond violet rehaussé de fleurs de saison et d'eau vive qui apporte une touche moderne à l'ensemble. Un modèle en vogue au milieu Meiji.
Stacks Image 252
Kimono en soie bleu-vert orné sur l'ourlet d'eau vive et d'iris en teinture yûzen. Les motifs de type croquis pris sur le vif sont en vogue au début du 20e siècle. Une manière de remettre le kimono à la mode en utilisant des motifs japonais dans un style occidental.
Stacks Image 237
Kimono classique pour citadines du début Meiji. Paysage avec orangers.
Stacks Image 239
Furisode gris clair teint grâce à l'introduction de teintures chimiques à la fin du 19e siècle, avec motifs colorés sur le bas des manches.
Stacks Image 250
Paysage réalisé en teinture yûzen avec broderies sur soie chirimen gris souris. Le style porté par les femmes de la fin Edo perdure au début de Meiji.
Stacks Image 261
Première représentation de l'arbre à soie (albizia) sur un kimono en crêpe de soie noir. Les motifs originaux sont tendance à la fin du 19e s.
Stacks Image 259
Paysage de neige dans un jardin traditionnel avec pins et pruniers associés à des narcisses, des bambous, de l'eau vive, des chrysanthèmes sur un joli fond bleu qui évoque la nuit. Probablement un kimono à porter pour les fêtes de Nouvel an car tout est symbole de bon augure.
Stacks Image 274
Furisode en coton rehaussé de fleurs de chrysanthèmes et haie de bambou sur une bordure noire. Les motifs situés sur l'ourlet et haut à l'avant perdurent et restent en vogue au début des années Meiji.
Stacks Image 272
Jeune échassier pris dans une tempête de neige sur fond gris foncé, le top du chic fin Edo-début Meiji. Furisode pour jeune femme célibataire. La mode des kimonos gris foncé ornés de motifs teints sur le bord inférieur (déjà appréciés à la fin de la période précédente) continua à séduire les femmes de la moyenne bourgeoisie.
Stacks Image 281
Kimono en soie très original orné d'une bordure de chauve-souris bien alignées qui remonte très haut à l'avant. En Asie, cet animal est symbole de bonheur en raison de la prononciation d'un des caractères qui est la même que celle du bonheur.
Stacks Image 290
Ambiance printanière et originale avec lotus, fleurs de pissenlit et violettes associées à des chiots, symbolisant l'année du Chien. Motifs brodés et teints sur fond marron en soie. Les principaux motifs représentaient des paysages, des scènes florales et animalières.
Fin Edo-début Meiji.
Stacks Image 283
Furisode en satin blanc orné dans un style en vogue pendant la période d'Edo avec un bambou placé sur la droite et des formes en nuages traitées en shibori ornées de losanges fleuris (hanabishi).
Stacks Image 610
Magnifique composition florale de saison sur un fond indigo (pivoines, hortensia, branches de saule, lis, iris, fleurs de cerisier, roses, campanules, chrysanthèmes…). Teinture yûzen sur crêpe de soie. Les fleurs comme les roses sont symbole d'occidentalisation et plaisent beaucoup en fin de période de Meiji.
Stacks Image 292
Furisode en satin orné de motifs de bon augure brodés (grues, bambou, pins, fleurs de prunier et tortues). Fin Edo-début Meiji.
Stacks Image 508
Kimono en coton avec fleurs en couronnes teintes selon le procédé shibori. Pour obtenir ce violet profond, dix passages de teinture ont été nécessaires.
Stacks Image 488
Kimono en coton rayé teint à l'indigo orné de kamon variés. Teinture au pochoir (katazome) à 5 couleurs: indigo, jaune, noir, vert et blanc.
Stacks Image 497
Kimono en coton avec grues en vol au-dessus de filets de pêche mis à sécher disposés sur l'ourlet, les manches et le devant (suso-moyô).
Stacks Image 499
Château fortifié avec mur de pierres, réalisé en teinture shibori de type kanoko sur coton, Fukuoka.
Stacks Image 82
Les couleurs discrètes et sobres (marron, vert, bleu, gris) propres à la période d'Edo continuent à être portées par les hommes et les femmes de tous âges. Ces femmes du peuple arborent des kimonos en coton, rayés ou ornés de petits motifs tissés (kasuri).
ARTISANS ET OUVRIERS
Stacks Image 31

Fabricant de sandales de paille tressée et fillette en kimono en coton à motifs kasuri.

Stacks Image 40

Aiguiseur de sabre

Stacks Image 42

Tonnelier et fillette en kimono de coton matelassé

Stacks Image 53

Fabricant de paniers de bambou. Sur le col et dans le dos des vestes hanten figurent souvent le nom du commerce.

Stacks Image 55

Sculpteur sur ivoire

Stacks Image 63

Travailler en famille: fabricants de poupées traditionnelles

Stacks Image 72

Pêcheur réparant ses filets

Stacks Image 74

Dévidage des cocons de soie

Comme on le voit sur ces photos d'époque, les vêtements de travail des artisans et autres métiers traditionnels, étaient de type traditionnel en coton dans des tissages peu colorés avec parfois de petits motifs tissés (kasuri).
Stacks Image 346
Élevage local de vers à soie qui se nourrissent de feuilles de mûrier. Sur les estampes traitant de ce thème, la présence de chats facétieux fait toujours partie de la scène, en tant qu'alliés précieux dans la chasse aux souris !
À cette époque, tout le monde fut autorisé à porter de la soie. La demande et la production se firent massives. Le Japon exportait notamment de la soie grège et importait des produits textiles (coton et laine). La forte demande en soie entraina une rupture du marché intérieur si bien que les artisans de Kyôto ne parvinrent plus à produire suffisamment pour le marché. Les élevages de vers à soie des villages voisinèrent peu à peu avec des manufactures et l'industrie traditionnelle à domicile céda le pas dans les campagnes à la production en usines régionales.
Stacks Image 327
Jusque dans les années 1910-20, la main d'oeuvre japonaise fut sans doute l'une des moins bien payées au monde et le succès d'une industrialisation rapide fut la rançon d'une exploitation féroce de la paysannerie et de la classe ouvrière. Les patrons préféraient employer des jeunes filles, plus stables et régulières que les hommes. Leurs conditions de travail furent décrites comme l'un des scandales des débuts de l'ère industrielle, notamment dans l'industrie textile (salaires versés aux pères, vie en dortoirs, salaires très bas, accidents du travail, douze heures de travail par jour, pratiques brutales de l'encadrement masculin avec châtiments corporels et viols etc…).
P.F Souyri, Nouvelle histoire du Japon
LE COTON: MOTIFS ET TEINTURES
Stacks Image 390

Dans les campagnes, les vêtements traditionnels en coton se portent toujours au quotidien dans la plus grande simplicité. Pour ces enfants, pas de obi pour fermer leurs kimonos, une simple cordelette ou ficelle font l'affaire. Tous portent des socques en bois et des tabi.

Stacks Image 398
Stacks Image 400
Stacks Image 402
Stacks Image 408
Stacks Image 410
Stacks Image 412
Stacks Image 418
Stacks Image 420
Stacks Image 422
Stacks Image 432
Stacks Image 434
Stacks Image 436
Stacks Image 438
Stacks Image 440
Stacks Image 522
Stacks Image 526
Stacks Image 454
Stacks Image 528
Stacks Image 532
Stacks Image 530
Stacks Image 524
Stacks Image 546
Stacks Image 548
Stacks Image 550
Stacks Image 552
Stacks Image 554
Stacks Image 556
Stacks Image 558
Stacks Image 560
Stacks Image 586
Stacks Image 580
Stacks Image 582
Stacks Image 584
Stacks Image 590
Stacks Image 588
Stacks Image 562
MOTIFS ET COULEURS DE KIMONO
Stacks Image 625
Stacks Image 627
Stacks Image 629
Stacks Image 631
Stacks Image 638
Stacks Image 640
Stacks Image 642
Stacks Image 644
Stacks Image 655
Stacks Image 657
Stacks Image 659
Stacks Image 661
Stacks Image 670
Stacks Image 674
Stacks Image 672
Stacks Image 668
Stacks Image 701
Stacks Image 707
Stacks Image 705
Stacks Image 703
Stacks Image 713
Stacks Image 715
Stacks Image 711
Stacks Image 709
Stacks Image 717
Stacks Image 719
Stacks Image 721
Stacks Image 723
Stacks Image 725
Stacks Image 727
Stacks Image 729
Stacks Image 731
Stacks Image 739
Stacks Image 737
Stacks Image 735
Stacks Image 733
Stacks Image 763
Stacks Image 765
Stacks Image 767
Stacks Image 769
Stacks Image 771
Stacks Image 773
Stacks Image 775
Stacks Image 777
Stacks Image 779
Stacks Image 781
Stacks Image 783
Stacks Image 785
Stacks Image 793
Stacks Image 795
Stacks Image 797
JAPONISME
Stacks Image 596

Images du kimono selon Claude Monet, Emil Olrik, Van Gogh

L'ouverture des ports au commerce international européen a exercé une influence considérable sur les arts européens dans de très nombreux domaines (céramique, textiles, arts graphiques et plastiques, arts appliqués, architecture, mode, design, mobilier, peinture…). Les vêtements de soie venus du Japon connurent un énorme succès en Europe et au début de la 2e moitié du 19e siècle, le kimono était à Paris, un accessoire de mode. La plupart des artistes en possédaient plusieurs et certains comme Klimt les collectionnaient. La mode féminine est dominée jusqu'aux alentours de 1900 par le kimono et le mantelet japonais. On pourrait même dire que l'attitude de la Parisienne entre 1860 et 1900 sont directement "importés" du Japon. La longue ligne en S sera d'abord esquissée dans la robe féminine puis complètement adoptée au tournant du siècle. La démarche trottinante, le haut du corps curieusement plié, un peu penché en avant, le bas de la robe en forme de cloche sont des emprunts visibles aux estampes ou aux images du Manga de Hokusai. Ce qui poussait la Parisienne à choisir ce vêtement si particulier, c'était les soies et leurs coloris, décorées de motifs asymétriques qui enthousiasmaient aussi bien les artistes que le monde féminin.
Après 1860, le kimono devint en France une robe d'intérieur très appréciée de la femme. Mais la mode du Japon ne fit pas seulement fureur en France, on s'y intéressait aussi en Angleterre et en Amérique.
Siegfried Wichmann, Le japonisme